Carnets 194

Les oiseaux le matin : arrivent avec la lumière sur les palmiers.

Trois semaines plus tard : les pompons jaunes plus nombreux sur les branches des acacias – et le sentiment que c’est là, à côté du parking plein de voitures, que commence le pays de l’enfance. (Saint Gilles, 27/06/2020)

Le bulbul orphée : depuis quelques jours, chante invisible.

En me relisant : « Les oiseaux le matin : arrivent avec la lumière sur les plumes ».

Le carnet ouvert : oreiller pour le chat.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :