Carnets 200

Grandes gousses vertes accrochées aux branches du cytise : des serpents qui se tordent, le corps bombé par des graines rondes comme des billes.

Le fabricant de pinceaux quelque part en Chine, à propos des poètes et calligraphes : « Ils vont dans la forêt et voient la beauté là où nous ne la voyons pas ».

L’homme assis sur un banc à côté du boulevard : barbe grise frisée agitée par le vent, cheveux noirs sous la casquette – quelques sacs en plastique à ses pieds pour transporter ses affaires – toujours là le matin, immobile, visage inexpressif devant le flot des voitures – semble indifférent à tout – est-ce qu’il me voit quand je passe ?

Deleuze, Abécédaire : on ne rencontre pas quelqu’un, on rencontre quelque chose – on ne désire pas un objet ou une personne, on désire un agencement.

La vie fluide soudain, sans que tu t’en rendes vraiment compte. Le plus souvent dans l’écriture.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :