Carnets 204

Goethe à Rome, 2 décembre 1786 : « En général, on ne peut rien comparer à la vie nouvelle que procure à un homme qui pense l’observation d’un pays nouveau. Bien que je sois toujours le même, il me semble que je suis changé jusqu’à la moelle des os ».

3 décembre : « A ce lieu se rattache toute l’histoire du monde, et je compte un second jour de naissance, une véritable nouvelle naissance, du jour où je suis arrivé à Rome ».

13 décembre : « Il faut, pour ainsi dire, naître de nouveau, et l’on reporte ses regards sur ses anciennes idées, comme sur ses souliers d’enfants ».

20 décembre : « La seconde naissance qui me transforme du dedans au dehors, continue son oeuvre ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :