Carnets 206

A la table d’à côté, la jeune Chinoise qui emploie un mot désuet : filou.

Handke à propos de Jaccottet : « Der dichterische Mensch » (« l’homme poétique »). Et il ajoute : « Pour lui, le Mal est littéralement impensable ».

Le canif toujours dans la poche – les fines branches de noisetiers coupées pour en faire des arcs. (Morvan, années 70)

Philippe Jaccottet, La Semaison : « Restons fidèles à notre expérience immédiate plutôt que de vouloir tout écouter de ce qui la contredit de l’extérieur ».

(Son rire mécanique, managérial – ponctuant des propos qui n’ont rien de drôle.)

(Et quelques plus grosses branches aussi, pour faire des cannes.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :