Carnets 208

Le soleil caché par les nuages – les palmiers continuent à diffuser leur propre lumière.

Francis Ponge, Proêmes : « La « beauté » de la nature est dans son imagination, cette façon de pouvoir sortir l’homme de lui-même, du manège étroit, etc. »

Un homme dans un jardin : élague un arbre – on entend juste les coups sourds de la machette et le léger bruissement des feuilles quand la branche tombe.

Hier, ce qui est une évidence m’a semblé extraordinaire – j’ai noté : « Les chants des oiseaux tous les matins ». Il n’y a pas un jour où les oiseaux ne chantent pas – vraiment ? même les jours de tempête ? Et je me suis demandé si les oiseaux n’avaient pas eux aussi la « rage de l’expression ».

Ce matin, trois bulbuls orphée (première fois) venus se poser sur les petits palmiers de la terrasse d’à côté. L’autre jour, l’un d’entre eux chantait en plein après-midi (première fois aussi) et son chant était tout à fait différent de celui du matin, il était plus discret, plus doux. Le chant matinal serait plus intense après les heures de silence nocturne ?

(L’écriture tous les matins, etc.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :