Carnets 210

Eglise de Sainte Anne : les nombreuses décorations sur la façade et les petites tours latérales surmontées d’un cône la font ressembler à un temple hindou. Rien d’étonnant quand on sait comment l’église fut construite, dans une région où beaucoup d’engagés indiens travaillèrent dans les champs de canne :

« L’église telle que nous la connaissons est l’oeuvre du père Dodemberger. Avec l’aide des jeunes filles du village et des enfants du catéchisme, il réalise l’étrange décoration à la fois extérieure et intérieure de l’église. Toutes les fleurs ont été faites à la main, en ciment. Le Père expliquait, les enfants exécutaient. Le travail s’accomplissait selon l’inspiration du moment : fleurs, fruits, guirlandes, grappes de vigne, tiges de blé, pommes pour les fonds baptismaux. » (Catherine Lavaux, La Réunion du battant des lames au sommet des montagnes)

(Chacune de ces décorations comme les symboles au bout des mille bras du Bouddha : arc, flèche, fleur, cloche…)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :