Carnets 211

Sept heures du matin – seul moment de la journée où le CHU reçoit la lumière du soleil plein est – pensée pour celles et ceux qui, dans leur chambre, s’éveillent à ce nouveau jour, dans l’attente de la guérison, ou simplement d’un état un peu meilleur. Ombre immense d’un palmier – toujours le même – sur l’immeuble d’en face. Cris d’un martin triste. Léger vent froid. La montagne désormais entièrement éclairée – différents verts, du plus clair au plus sombre, sur son versant – quelques traits jaunes çà et là – des morceaux de roche qui affleurent – quelques voitures sur la route en corniche. Pépiements d’oiseaux invisibles. Sur la crête de la montagne : arbres aux feuillages hérissés, ciel d’un bleu un peu pâle. Cette heure matinale : tout l’or du monde.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :