Carnets 215

Le bulbul orphée : le renflement de sa gorge quand il se met à chanter, accroché à la tige jaune sans feuilles du petit palmier (son poste d’observation favori).

L’oiseau disparu : fait apparaître son absence.

Deux phrases spontanées :

Les visages pétris du langage des autres.

J’allume la télé et le mur de crânes aztèques apparaît.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur « Carnets 215 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :