Carnets 216

La dernière lettre du grand-père de Tchekhov, surprenante d’éloquence – adressée à son fils Pavel, elle est écrite par un homme pourtant peu instruit, serf affranchi :

« Dans vos prières, n’oubliez pas le misérable Egor; consolez-moi avec vos lettres tant que je suis encore de ce monde, et quand je serai dans l’autre, si avec l’aide de Dieu j’aurai échappé aux profondeurs de l’enfer, je vous écrirai de là-bas pour vous décrire la vie de ceux qui ont péché et les réjouissances de ceux qui vivent en compagnie des anges. »

Avant-hier soir : grondement d’hélicoptères déposant des malades au CHU à côté de la montagne, et à nouveau le lendemain matin. Les deux épidémies continuent de se développer – plus de cas de dengue que de covid.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :