Carnets 235

Sur la route, au niveau de Saint Laurent (!), tintement du portable. Un mail : « Je suis ta cousine S, je viens t’annoncer la mort de mon père ». Dans cette phrase, l’expression « je viens t’annoncer » m’a plongé dans une profonde rêverie dont je ne suis pas sorti depuis.

Le gardien du cimetière était une commère qui vous racontait comment celui-ci (il indiquait une tombe à côté) s’était suicidé en se tirant une balle dans le coeur au volant de sa voiture (« Il ne risquait pas de se louper »), ou comment celle-là s’était noyée dans un étang proche (« Elle était déjà pleine de vers avant qu’on l’enterre ! »). Il tirait tellement de plaisir de ses commérages morbides qu’il ne demandait nulle autre rétribution que votre sourire complice.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :