Carnets 237

Si tu écris à l’intérieur, tu perds les oiseaux.

Deux couples de trentenaires à une table de restaurant : échangent à un rythme soutenu des paroles qui, toutes, participent d’un réseau de représentations et d’émotions balisées – grâce à quoi ils se sentent bien ensemble et passent une bonne soirée.

A ce monde hyperprogrammé oppose tes errances.

Le carnet ne t’appartient pas : tu appartiens au carnet.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :