Carnets 244

Liman est en voyage d’affaires. Liman arrive à Constantinople, monte dans une voiture qui le conduit à l’hôtel Kingston où il a l’habitude de descendre. Un incendie a dévasté un quartier de la ville quelques semaines plus tôt et, sans rien dire, le cocher a conduit Liman jusqu’aux décombres de l’hôtel. Les anciens employés de l’hôtel continuent à vivre sur place après avoir installé des lattes de bois à la place des murs, et accueillent Liman. L’un d’entre eux lui raconte la catastrophe. Il lui propose de le loger dans un appartement privé mis à disposition des anciens clients de l’hôtel. Liman refuse et veut remonter dans sa voiture pour aller dans un autre hôtel, mais l’employé saisit la poignée de la portière et l’empêche de monter. Le cocher ne bouge pas sur son siège, pareil à une statue. Liman, l’homme d’affaires aux habitudes bien ancrées qui revient toujours aux mêmes lieux, aux mêmes adresses, aux mêmes gens, est aspiré par les décombres de l’hôtel. Même dévasté par les flammes, l’hôtel reste son adresse principale à l’étranger, il ne peut plus y échapper. Liman: même nombre de lettres que Kafka, comme Georg dans Le Verdict a le même nombre de lettres que Franz (ce que relève Kafka lui-même). Constantinople, un autre nom pour Prague ?

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :