Carnets 247

Plaque métallique éblouissante sur l’immeuble d’en face – femme vêtue de noir qui disparaît quand le soleil s’élève dans le ciel.

Lueurs végétales vert tendre sur la montagne grise.

Un homme assis dans la cour à l’ombre du garage – sa toux le rend visible.

Ils vivaient désormais dans la crainte que des animaux à l’autre bout du monde puissent les contaminer dans leur sommeil.

Toutes les images de palmiers au soleil couchant, toutes les visions de carte postale n’effaceront jamais les crimes qui ont été commis ici.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :