Carnets 251

Relecture de Mort d’un jardinier de Lucien Suel : quand le narrateur évoque les limaces de son potager qu’il « assassine » (c’est le mot qu’il emploie), je me souviens de Luise A. penchée sur ses plants de légumes dans son jardin à Tübingen prenant ses limaces à elle entre le pouce et l’index et les tranchant en deux d’une brève pression sur la lame de son couteau avant de jeter les morceaux dans l’herbe un peu plus loin – tout en continuant à bavarder avec moi comme si de rien n’était.

Le jardin de Luise A., veuve et retraitée : à l’extérieur de la ville, après la Westbahnhof (la gare de l’ouest, juste un quai), j’y allais à vélo, elle y était toujours dès qu’il faisait beau au printemps, « im Gärtle » comme elle disait en souabe.

Elle est morte en février de l’an passé, et c’est peut-être pour la retrouver un peu que je relis le beau récit Mort d’un jardinier.

Sa silhouette massive, son visage souriant et généreux au milieu des arbres et des fleurs – c’est l’image d’elle qui me restera.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur “Carnets 251

Répondre à lucien suel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :