Carnets 253

Le banyan à côté du boulevard : ses racines aériennes nouées ensemble pour qu’elles ne traînent pas sur le sol – j’imagine un gardien de l’arbre (un ancien marin ?) venant faire et refaire les noeuds semblables à ceux qu’on fait avec les cordes d’un navire.

Ses grandes et puissantes feuilles jaunes orangées : gisent sur le trottoir, retournées, comme des poissons échoués sur la grève – frétillent dans la lumière.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :