Carnets 255

Deux solitaires : chant d’oiseau matinal, vol d’une salangane.

En remaniant ce texte (Le premier couloir), il ne faudrait pas grand chose pour que tu retombes dans la fiction, comme d’autres dans la drogue.

Le maigre chant : s’élève, tout à coup plus ferme.

D’autres salanganes : planent et agitent subitement leurs ailes à un rythme rapide et saccadé.

Les badamiers : dernières feuilles vertes et rouges pendant aux branches, et sur ces mêmes branches des petites pointes vertes – les premiers bourgeons.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :