Carnets 258

« Des fois, ça vient dans mes rêves, je pense à l’équipe ». La femme qui a renoncé à travailler : commence à trouver son langage.

L’immeuble aux volets fermés gris foncé : le premier à sortir de ce tombeau est un enfant qui regarde autour de lui.

Au magasin de meubles, un vendredi après-midi : l’entrée au temple des fidèles masqués, une cérémonie familiale.

Au milieu de l’agitation urbaine des « démons » (Yasushi Inoué) : le moindre murmure, le moindre bruissement révèle le monde poétique.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :