Carnets 259

PH: « Je n’ai aucun problème en ce moment, et ça m’oppresse. »

Rêve d’une conquête du monde par l’esprit de la poésie japonaise.

Assis depuis trois heures à cette porte-fenêtre, je la sens tout à coup, l’odeur de la brise marine – en pleine ville.

Une histoire : la tienne, celle du monde autour – en train de se faire – de s’écrire ?

L’écriture comme une vie purement animale.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :