Carnets 264

Lui : massif, assis devant l’écran, pas d’yeux, des doigts (plutôt fins, ongles soignés) qui pianotent rapidement sur le clavier – entre des données en osmose télépathique avec la machine qui génère des séries d’influx nerveux dans sa cervelle.

Moi : assis de l’autre côté du panneau transparent en plexiglas – inactif, ou plutôt désactivé – attendant que l’homme en face ait fini sa tâche x et m’intègre dans son parcours cybernétique jusqu’à la caisse et une autre machine.

(Sur le parking : le petit baobab à l’écorce gris métallique, branches nues – comme une sculpture de baobab qu’on aurait installée là, au milieu de la zone industrielle.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :