Carnets 266

A côté du lavoir en béton : l’arbre aux branches sans feuilles où restent accrochées quantité de gousses noires recroquevillées – rien n’indique qu’il s’agit d’un flamboyant et qu’il sera bientôt couvert de fleurs rouge vif.

« Des nuages bourgeonneront… » – la pseudo-poésie des bulletins météo radiophoniques pleins de mauvaises images et d’expressions maladroites : révèlent une absence au monde devenue générale.

Jean Douchet : la vie est mouvement – Chaplin dans Les Temps modernes toujours en mouvement, on essaye de le fixer à un poste, à une tâche, et il s’échappe tout le temps.

« Das Tagträumen » (PH) : le rêve diurne, le rêve-du-jour qu’on fait éveillé (et qu’il s’agit aussi de raconter).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :