Carnets 274

Une toute petite feuille transparente aux nervures à peine visibles à l’oeil nu : flotte dans l’air et vient se poser sur la table – avant d’être emportée ailleurs – redevenue invisible (aucun espoir de la retrouver).

Sur les écrans : une foule de gens préparant leurs prochains crimes.

En 1974, Claude Régy met en scène la pièce de Peter Handke, La Chevauchée sur le lac de Constance. « Les acteurs se déplacent sur la mince couche de glace du langage. »

Le jacaranda : appelé aussi flamboyant bleu (ses feuilles toujours plus nombreuses sur l’arbre dans la rue en bas).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :