Carnets 275

En ouvrant la porte, il vit la montagne et le ciel entrer dans la pièce, et il eut pour la première fois le sentiment d’habiter entre ces murs.

Dessine ce qui t’entoure, même mal. Le regard actif fait surgir le langage.

Un palmier : palmes dressées balancées par le vent – dans la lumière.

En se levant le matin, on ne sait pas si on va voir (le seul véritable événement de la journée).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :