Carnets 277

Dans la nuit, longtemps avant l’aube : les nombreux pépiements d’oiseaux – leur rythme soutenu, presque frénétique – d’où émergent deux-trois chants paisibles.

Sur la montagne : une antenne en forme de crucifix.

Le chant du coq en pleine ville.

La salangane : son territoire délimité par quelques bâtiments entre lesquels elle vole, à l’écart des axes de circulation humaine. Au milieu de la ville, elle s’est créée cet espace libre, autonome, extérieur à l’agitation générale.

(Jour levé : masse de nuages blancs – montagne mouvante au-dessus de la montagne.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :