Carnets 283

Le jour se lève : le monde t’éveille.

L’image poétique du concert matinal des oiseaux est fausse : il n’y a ni chef d’orchestre ni partition. S’il s’agit bien de musique, alors elle est totalement libre et spontanée, ce qui la rend si bouleversante.

Traduire ou écrire : se former une image intérieure de chaque mot, de chaque phrase, de chaque paragraphe, jusqu’à l’ensemble du texte.

Apparition du paille-en-queue (cela ne se produit pas tous les jours) – vole calmement, plus calmement et plus haut dans le ciel que tous les autres oiseaux.

(Plutôt que « tes images », « tes idées », « tes émotions » : ce que le monde fait surgir en toi, de façon presque impersonnelle.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :