Carnets 287

Ce matin : sur le parking en bas, le miaulement d’un chat apeuré – pareil au cri d’un paon.

Hier : traversant la ville – à un feu rouge, les grands manguiers derrière un mur – un jardin à l’abri de leur feuillage épais chargé de fruits : le sentiment d’une obscurité bienfaisante.

S’il n’y avait pas la salangane qui battait de l’aile juste au-dessus de toi, est-ce que tu verrais le vent ?

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :