Carnets 290

Qu’est-ce que j’apprends en lisant la correspondance entre Francis Ponge et Christian Prigent ? Que Ponge a donné à lire le mémoire universitaire de Prigent (consacré à l’oeuvre du poète du « parti pris des choses ») à Sollers et Kristeva ; que Prigent travaille à un numéro de revue dédié à Ponge ; que Prigent a rendu visite à ce dernier; que Prigent a rencontré les membres du comité de rédaction de la revue Tel Quel ; etc. Rien, ou quasiment rien, sur la littérature qui les occupe (juste Ponge : « mon travail constitue un apport aussi radical (pour le moins) que celui d’Artaud ou de Bataille à la mutation en cours »). Dans chaque lettre sont évoquées des opérations, des actions au sein d’une petite communauté littéraire, quelque chose comme un commerce de bien symboliques – avec pour objectif l’obtention de certains appuis, d’une reconnaissance.

Il y a quand même, en note de bas de page, ce passage du journal de Prigent (19 août 1969) : « Pour moi la poésie c’est du silence en ce moment. Mais j’apprends quelque chose de capital ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur « Carnets 290 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :