Carnets 290

Qu’est-ce que j’apprends en lisant la correspondance entre Francis Ponge et Christian Prigent ? Que Ponge a donné à lire le mémoire universitaire de Prigent (consacré à l’oeuvre du poète du « parti pris des choses ») à Sollers et Kristeva ; que Prigent travaille à un numéro de revue dédié à Ponge ; que Prigent a rendu visite à ce dernier; que Prigent a rencontré les membres du comité de rédaction de la revue Tel Quel ; etc. Rien, ou quasiment rien, sur la littérature qui les occupe (juste Ponge : « mon travail constitue un apport aussi radical (pour le moins) que celui d’Artaud ou de Bataille à la mutation en cours »). Dans chaque lettre sont évoquées des opérations, des actions au sein d’une petite communauté littéraire, quelque chose comme un commerce de bien symboliques – avec pour objectif l’obtention de certains appuis, d’une reconnaissance.

Il y a quand même, en note de bas de page, ce passage du journal de Prigent (19 août 1969) : « Pour moi la poésie c’est du silence en ce moment. Mais j’apprends quelque chose de capital ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Un avis sur “Carnets 290

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :