Carnets 291

La tête penchée sur la pomme que j’épluche, écoutant l’aube.

Les badamiers sur le boulevard : sous les fleurs et les épis, de longues et fines herbes vert clair suspendues – celles qui sont tombées sur le trottoir : virgules d’un texte inconnu que je suis pas à pas.

Au milieu des pétales séchés éparpillés sur le sol, la fleur encore fraîche du bougainvillier violet.

L’écriture du monde – juste transcrire, retranscrire.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :