Carnets 292

Deux hommes : même taille, tous deux en short, tennis, l’un porte une casquette – circulent ensemble dans la grande boutique de parfumerie du centre commercial comme s’ils inspectaient les lieux – au bout d’un moment, vont juste à côté de l’entrée et ouvrent le panneau publicitaire lumineux installé là – enlèvent l’affiche à l’intérieur et en mettent une autre à la place (autre marque, autre visage de femme aux yeux hypnotiques) – l’un des deux hommes est accroupi et tient la partie supérieure du cadre, l’autre est debout dressé sur la pointe des pieds, donne quelques coups sur la partie supérieure du cadre jusqu’à ce qu’elle s’emboîte convenablement dans le support métallique (scène muette du début à la fin, travail où seuls les corps parlent).

L’homme : penché par-dessus le mur du cimetière qui lui arrive à la taille, remet une couche de peinture blanche sur le côté extérieur – des voitures passent à toute vitesse sur le boulevard qui longe le mur, il ne les voit pas.

Et toi : est-ce que ta journée somnambulique se passe bien ?

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :