Carnets 295

Vers 5 heures du matin, une fois en hiver, la bonne à demi vêtue annonça un visiteur à l’étudiant. « Quoi donc ? Comment cela ? » dit l’étudiant encore ensommeillé, mais déjà un jeune homme entrait, tenant une bougie allumée prêtée par la bonne,

Hass se dépêcha d’arriver au bateau, il courut sur le débarcadère, monta sur un pont, s’assit dans un coin, pressa ses mains sur son visage et, ensuite, ne s’occupa plus de personne. La cloche du bateau sonna, des gens passèrent en courant, loin, comme si c’était à l’autre bout du bateau, quelqu’un chanta à plein poumons

On voulait déjà retirer la passerelle quand arriva une petite voiture noire, le cocher cria de loin, on dut retenir de toutes ses forces le cheval qui se cabrait, un jeune homme sauta hors de la voiture, embrassa un vieux monsieur à la barbe blanche qui se penchait sous le toit de la voiture et, une petite valise à la main, monta en courant sur le bateau qui s’éloigna aussitôt du quai.

Fragments de récit – juste quelques lignes – extraits du septième carnet du Journal de Kafka que je suis en train de traduire – pas une écriture de fiction conçue comme une construction formelle respectant un plan, mais une série de courtes visions, comme celles du rêve – et pour que l’écriture se poursuive il faut que la vision soit intense (comme celle de la nuit du Verdict) – le plus souvent, elle s’arrête au bout de quelques lignes, au milieu d’une phrase parfois (d’où l’absence de point final, ou une virgule béant dans le vide).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :