Carnets 302

Hier, dans le Journal de Kafka : « La fenêtre était ouverte, on voyait un acacia et une place déserte ». Aujourd’hui, dans un carnet de Handke : « L’acacia devant la fenêtre du rocher ».

Un cahier de traçage à compléter quand tu bois un café à la terrasse du RG. La serveuse chinoise: « Le numéro de téléphone, tu mets n’importe quoi ».

La démarche souple, un peu féline de l’éternel lecteur de journaux, comme s’il sortait en peignoir de sa salle de bains.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :