Carnets 307

Un homme : t’écrit fièrement qu’il part travailler tous les jours à 5 h 15 – tu ne l’informes pas que tu te lèves à la même heure pour lire et écrire.

Une voisine : te parle de l’unique arbre rouge sombre sur la montagne en face, celui que tu vois chaque matin – et tout à coup tu trouves que la conversation a un sens.

Les manguiers : leur ombre épaisse dans ce jardin à côté de la rue Ch. de G – une allée fermée par un portail métallique surélevé – et au fond, caché sous les lourdes frondaisons, un atelier désert dans le fénoir.

(Car tu travailles au pays du silence.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :