Carnets 310

Le rouge terne des escaliers extérieurs métalliques du CHU, usé par les intempéries – le rouge vif des premières fleurs de flamboyant au pied du bâtiment – vigueur chromatique de l’éphémère.

Le même qui, un jour, s’agissant de mon travail, avait jugé que j’étais « discret », m’écrit aujourd’hui : « Je vois que vous êtes toujours aussi passionné » (et pour moi, cela veut dire la même chose).

Une femme : ramasse toutes les feuilles sur le trottoir devant chez elle et les jette sur la chaussée, comme s’il s’agissait d’un tapis roulant qui allait les emporter (le vent souffle fort depuis ce matin).

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :