Carnets 314

Cinq heures, il fait jour – masse de nuages gris-noirs avançant vers la montagne.

Pour essayer d’avoir une tête libérée de l’agitation générale, se lever tôt, toujours plus tôt, à l’aube et même avant l’aube, en pleine nuit, silence sur le boulevard à côté, quelques chants d’oiseaux nocturnes, le léger bourdonnement d’une machine quelque part – oui, retrouver la nuit, ne plus la quitter jusqu’à l’aube comme dernière limite au-delà de laquelle commencent le bruit et la fureur, vivre la nuit et disparaître tout le reste du temps (dans le sommeil, dans un trou quelque part).

La lente floraison du jacaranda : quelques grappes de fleurs bleues et des feuilles vert tendre sur ses longues branches à moitié nues, et cela pendant des semaines : « Übe dich in den Langsamkeit – Exerce-toi dans la lenteur. » (Novalis)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :