Carnets 315

Journal de Kafka, septième carnet : chaque soir depuis une semaine le voisin de chambre qui vient chez X pour lutter avec lui, fragment de récit suivant d’autres fragments, après l’écriture du Verdict dans le sixième carnet qui était le récit d’une lutte à mort, Kafka est clairement passé à autre chose, il est en train d’accéder à sa propre écriture, il a trouvé son scalpel, écriture vive, incisive, rapide – dans ce nouveau fragment du septième carnet il rature deux passages non pas parce qu’ils sont mauvais mais parce qu’ils ralentissent le récit du combat entre le voisin de chambre et X avec quelques détails inutiles, il a surtout trouvé son excitant, ce qui le fait écrire, le père, la figure du père qui entre dans sa chambre et se dispute avec lui à propos de l’usine d’amiante par exemple, le père est ce voisin direct qui peut entrer à tout moment de la journée (d’où le fait que Kafka ne peut écrire que la nuit s’il ne veut pas être dérangé), le père est toujours là, toujours présent dans l’appartement, son rire, ses plaintes, sa présence physique, il rôde dans l’appartement, Kafka écrit plus tard un autre texte qui commence par « Je combats », ce sera cela désormais l’écriture de Kafka : le combat, le combat à armes inégales et perdu d’avance contre le père et la loi du père (force inouïe du père).

Thomas Bernhard : « Quand on écrit, on a toujours besoin de quelque chose qui vous permette d’écrire, que ce soit la solitude, un arbre, ou je ne sais pas, un tas de fumier ou un être humain ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :