Carnets 319

Lui qui cherchait sans cesse à comprendre ne savait quoi faire face au paysage. Une nouvelle vie commençait.

Il aurait voulu porter la montagne en lui : ne plus souffrir d’aucune espèce de légèreté.

La vie dite sauvage (les oiseaux, les arbres, l’océan) ravivait le regard au milieu de toutes les images artificielles qui pullulaient.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :