Carnets 321

Tübingen, le mardi 7 novembre 1995 – quelques jours après le suicide de Gilles Deleuze : j’apprends sa disparition à Manfred Frank au café où nous nous retrouvons une fois par semaine avec d’autres étudiants (longue table juste à côté de la porte d’entrée sur la droite, lumière blanche des lampes à abat-jour éclairant les visages). Il avait été l’ami de Derrida avant de rompre avec lui et de s’engager dans une querelle avec les philosophes « postmodernes ». Sa tristesse teintée de l’assurance que, oui, cela devait mal finir (Nietzsche, Althusser) – et ma désapprobation silencieuse.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :