Carnets 322

Le petit homme de la boutique de vêtements qui « s’occupe de moi » : le masque en tissu rouge sous le nez laisse apparaître ses pommettes qui semblent figées dans un sourire permanent – ses pieds nus dans des mocassins qui ressemblent à des chaussons de danse – court d’un point à l’autre de la petite pièce en sous-sol : ses figures toutes personnelles dont je suis l’unique spectateur – en haut le patron a une oreille collée contre la radio et me dit quand je paye : « C’est un dur à cuire » – parlant de quelqu’un qui n’est pas là.

Langage mystérieux et donc intéressant des animaux. Langues étrangères – les signes des « choses », des êtres soi-disant sans langage.

Ecrire dans l’inconnu. Tout est langue étrangère. Le poète comme traducteur.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :