Carnets 324

Hommes et femmes disparus dans le ciel, volatilisés. Un proche raconte: j’avais seulement dix-neuf ans quand elle a disparu, je me suis plongé dans le travail pour essayer d’oublier, mais sa disparition est revenue (je le cite). Il est debout sur le seuil d’une porte, les autres sont dans une pièce minuscule aux murs blancs et larges vitres. Vision d’un vol très haut dans le ciel, quelque chose comme une bonbonne de gaz couchée qui vole contenant les cendres des disparus, les proches sont lâchés en parachute et c’est dans le ciel qu’a lieu la cérémonie d’hommage – il semble que cela fasse polémique en dehors du cercle des parachutés car comment pourrait-on rendre hommage à des morts à plusieurs milliers de mètres d’altitude, et tout en tombant soi-même ?

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :