Carnets 325

Un homme ouvre ses volets – toujours le même homme à la même fenêtre – et toujours le même coup d’oeil vers le dehors (vérifier que le monde est encore là, puis passer à autre chose).

Voir ce que le chat ne voit pas, entendre ce que le chat n’entend pas (le gecko vert grimpant sur le toit).

Dimanche: silhouettes humaines qui passent sous les palmiers dans le jardin en bas – quelques voix vite évanouies.

Quand le monde te rend silencieux : l’enfance ici et maintenant.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :