Carnets 326

Les guêpes : quand nous déjeunions dans le jardin en été et que l’une d’entre elles arrivait et se posait sur le bord d’une assiette, une main tenant un couteau s’approchait doucement et la coupait en deux d’un coup sec – la tête et les antennes bougeaient un moment sur la table – vision infernale qui revient après tant d’années – eh oui, ce fut cela aussi l’enfance, tous ces petits actes cruels qu’on vous enseignait. (Morvan, années 70)

(Scène dont je me suis souvenu en voyant des guêpes se poser sur la palissade – elles sont bien plus grandes ici.)

Tchekhov, L’allumette suédoise : « Il faisait sombre . Une petite pluie fine commençait à tomber. Olga Pétrovna ouvrait la marche. Le juge d’instruction et son adjoint la suivaient, marchant dans l’herbe haute. Une odeur de chanvre sauvage et d’eaux grasses montaient à leurs narines ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :