Carnets 329

Le nom de la femme énervée était celui d’un outil tranchant et je n’osais pas la regarder dans les yeux. Sur son bras droit était tatouée une déclaration de guerre au monde entier. Sur son autre bras, elle portait un enfant.

PH citant Wittgenstein : « Atmosphère poétique : c’est l’atmosphère au sein de laquelle on est prêt à accueillir la nature et où les pensées apparaissent aussi vivantes que la nature ».

La liberté tant célébrée en mots – tu la vis, en actes, dans le silence et la solitude.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :