Carnets 331

Au milieu du chantier, au bord de la rue qui longe le Jardin de l’Etat, le baobab trône (oui, comme un roi) – à son pied un petit groupe d’ouvriers en tenue orange échangent quelques mots – des voitures et des bus défilent lentement sur la voie désasphaltée – sur l’autre voie, à contresens, un homme masqué marche tout seul, mais pourquoi sourit-il des yeux, semblant défier quelque dieu ? – au bout des branches supérieures de l’arbre, de petites fleurs blanches brillent dans la lumière.

Un jour à Vienne, Werner Kofler m’a parlé de l’édition de ses oeuvres complètes qui était en préparation. Aujourd’hui, les trois volumes sont posés à côté de moi, et lui n’est plus là.

(Dernière vision de WK : de dos, marchant avec sa canne vers la prochaine station de métro, un air de Chaplin.)

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :