Carnets 332

Salangane : tu n’apparais pas dans ce livret ornithologique local, on te préfère des oiseaux plus exotiques (plus touristiques) comme le paille-en-queue – ce qui fait de toi l’oiseau secret, l’oiseau inconnu dont le vol agile et rapide mérite d’être d’autant plus admiré et salué (tes ailes en faucille, pareilles à celles du martinet).

E. déroule sa jeunesse à travers de petits récits où tous les détails pratiques sont rendus avec une précision surprenante (et cela remonte quand même à une trentaine d’années) : jeune professeur, le nombre de kilomètres qu’il devait faire à pied entre son domicile et la gare parce qu’à cinq heures du matin il n’y avait pas encore de bus qui circulaient, l’heure de départ du train à la minute près, l’heure d’arrivée dans la ville où il devait encore marcher tant de kilomètres avant d’arriver enfin à son lieu de travail – tous ses souvenirs de jeunesse sont des souvenirs de parcours, de trajets en train ou en voiture, d’Amiens à Compiègne, de Montpellier à Béziers, de Béziers à Porto où il fit une année de coopération – quant aux lieux eux-mêmes, il semble ne se souvenir de rien.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :