Carnets 347

Un moineau perché sur un barreau de la fenêtre : regarde à l’intérieur de la salle, mais pour lui nous sommes des ombres.

Quelqu’un dit : « Pourquoi il dessine ? Je n’ai pas de réponse. »

Un carré de tissu noir sur une barbe grise peau noire – des yeux qui ne bougent pas.

Le temps se dilate quand elle parle – à étudier.

Message à la population : « Profitez de vos vacances pour travailler ! »

Les branches les plus hautes du filaos : se balancent doucement dans l’air du soir.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :