Carnets 348

Le vent souffle fort – et pourtant sur le trottoir la plume d’oiseau ne bouge pas.

On regrette le carnet qu’on vient d’achever (la fin d’une aventure).

Tapis de pétales de fleurs :

Là où fleurit le cassia du Siam, le sol devient jaune.

Là où fleurit le flamboyant, le sol devient rouge.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :