Carnets 355

Tübingen, 14 août 2017 – lieu et date sur la page de garde du livre de PH, Vor der Baumschattenwand nachts (ses carnets les plus récents, 2007 – 2015) : une fois sorti de la librairie, je suis allé m’asseoir sur un banc de l’ancien jardin botanique, pas loin d’un ginkgo biloba, et un nouveau chemin s’est ouvert – je n’ai pas réalisé tout de suite, et surtout : ce chemin était en vérité ouvert depuis longtemps.

Philippe Jaccottet, La Semaison : « Partout on lit des signes, mais l’oeil qui les décèle est près de se fermer, et ils restent épars, intermittents comme cris d’oiseaux avant le jour ».

Dans la ville, les grands cônes métalliques qu’on recouvrira d’un manteau vert pour en faire des sapins de Noël. En attendant, l’armature grince dans le vent.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :