Carnets 358

Elle disait : quand le soir vient, je suis heureuse de passer d’un masque qui couvre ma bouche et mon nez à un masque qui couvre mes yeux.

Aube : le jeune homme assis sur la barrière métallique dans la rue déserte. Tête baissée, il n’attend personne. Plus tard, le vieil ouvrier qui, pour réguler la circulation dans la rue en travaux, manipule un panneau rond rouge d’un côté, vert de l’autre. Il passe ses journées à donner ces signaux sans dire un mot, et comme le jeune homme assis sur la palissade métallique, semble enveloppé de son propre silence.

Il passa toute une matinée à essayer de dessiner la végétation au sommet de la montagne – cela ne donna rien – le paysage lui demeura étranger et finit même par lui paraître hostile.


Il y a un an, j’étais en Australie. Photo plus haut : aéroport de Perth, 20 décembre 2019.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :