Carnets 364

Dans mon dos, une voix sans visage : « L’instant T il me nourrit pas. L’avenir me nourrit. Je suis un stratège. »

Je dessine la montagne – et c’est aussi la colline, le village et le clocher qu’on voyait depuis le jardin de F que je dessine. (Morvan, années 70-80)

Quand j’écrivais dans la journée, je devais me replier dans une pièce et m’y enfermer pour me couper du bruit et de l’agitation extérieurs. Mais comme j’écrivais sur ou plutôt dans l’ordinateur, je m’exposais à un bruit et à une agitation bien pires encore.

Écrire dehors / à l’aube / dans un carnet : changement de monde.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :