Carnets 365

Goethe, Voyage en Italie, en route vers Naples : « oranges qui pendaient par-dessus les murs des deux côtés du chemin » / « en haut, le jeune feuillage est jaunâtre, en bas et au milieu il est du vert le plus riche » / « champs de blé bien cultivés, plantés d’oliviers dans les endroits convenables » / « champs pierreux, mais bien labourés » / blés du plus beau vert » / des roches calcaires » / « terrasses rocheuses et pourtant plantés d’oliviers » / « le Vésuve, surmonté d’une colonne de fumée » / « sur le rivage, les premières étoiles de mer et les oursins mis à découvert » / « une belle feuille verte, comme le plus fin vélin » / « des galets remarquables » / « le plus souvent le calcaire commun, mais aussi de la serpentine, du jaspe, du quartz, de la brèche siliceuse, du granit, du porphyre, différents marbres, du verre de couleur verte ou bleue » / « de bons champs de blé, fermés de haies d’aolès » / « les premières collines de cendres volcaniques ».

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :