Carnets 367

Un certain Thiergarten est l’auteur de ce livre paru dans la collection des Cahiers rouges que je tiens entre mes mains et que je feuillette – livre composé de courts poèmes imprimés en petits caractères, – j’en lis un et aussitôt une photo en noir et blanc apparaît, celle de l’auteur (?) assis à côté de fauves, figure de l’explorateur en terre d’Afrique, début du vingtième siècle – chaque poème en allemand semble évoquer une vie paisible et poétique au milieu des animaux et surtout avec eux – Tiergarten sans h est le nom du vaste parc au centre de Berlin qui veut dire littéralement « jardin des animaux ».

Percussions matinales – échos venant par vagues de la montagne, comme si c’était elle qui jouait du tambour.

Publié par Laurent Margantin

Auteur, traducteur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :